Tricastin : un réacteur arrêté en urgence après les intempéries

Centrale de Tricastrin

Les anti-nucléaires ont photographié un nuage de vapeur d’eau au dessus de la centrale.
Les anti-nucléaires ont photographié un nuage de vapeur d’eau au dessus de la centrale. (D.R)

L’incident s’est produit jeudi 24 octobre, après l’accumulation d’un amas de boue devant l’une des pompes sur le canal de Donzère-Mondragon.

A la suite des fortes précipitations de ces derniers jours sur le secteur, le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire du Tricastin dans la Drôme, s’est arrêté en urgence. « Une mise en sécurité » selon EDF, exploitant du site, à cause d’un amas de boue accumulé devant l’une des pompes qui sert le circuit de refroidissement secondaire du réacteur, dans le canal de Donzère-Mondragon. « Quand une pompe est en défaut, l’alternateur s’arrête et réacteur aussi, c’est automatique », explique EDF, par la voix d’Adeline Bertoncini, chargée de communication. « Nos agents ont brassé la boue pour que l’amas se dissolve dans l’eau », ajoute l’exploitant qui précise que l’unité de production est en cours de redémarrage.

« Un geyser de 100 m de haut » selon le collectif anti-nucléaire du Vaucluse

« Encore une nouvelle situation de crise sur le site nucléaire du Tricastin et une menace nucléaire sur la Provence », commente pour sa part le collectif anti-nucléaire de Vaucluse (CAN 84) qui, photo à l’appui, s’alarme de la présence remarquée jeudi dans la nuit, d’un « geyser de vapeur d’eau de près de 100m de haut » qui « s’échappe du bâtiment de la centrale nucléaire ». Le résultat selon le collectif du « surplus d’énergie nucléaire produite ne pouvant être évacuée et la surchauffe des installations en cours contraignent à des lâchers en toute urgence afin de pouvoir relancer éventuellement le réacteur nucléaire en situation précaire ».

Selon Adeline Bertoncini d’EDF, « quand on redémarre le réacteur, on a besoin de lâcher de la vapeur restée en pression dans les tuyaux, mais ce n’est que de la vapeur d’eau. Un phénomène rare mais normal en phase de redémarrage, comme cela se passe d’ailleurs quatre fois par an lorsque nous arrêtons les réacteurs pour maintenance ». Toujours selon l’exploitant EDF, « le nuage serait plus ou moins visible selon les conditions météo ».

Tritium

Le collectif anti-nucléaire du Vaucluse y voit un nouvel incident plus qu’inquiétant sur l’état de la centrale vieillissante du Tricastin: « Alors que la fuite de tritium radioactif entre les réacteurs 2 et 3 se poursuit sans qu’EDF ne soit en capacité d’identifier son origine et d’y mettre un terme (…), ce sont les pluies qui menacent à présent l’ensemble de la centrale ». Et de rappeler l’incident début octobre concernant l’explosion d’une pompe hydraulique. Trois salariés ont été touchés par des effluents liquides radioactifs projetés sur leurs vêtements. Les militants exigent d’EDF de « sérieux contrôles » de tous les réacteurs du Tricastin dont l’état « est inconnu » écrivent-t-ils, et ce alors que « la situation est plus que tendue », ajoute CAN 84.

L’incident a été signalé à l’Autorité de sûreté nucléaire. « Alors que l’ASN n’a toujours pas répondu à la mise en demeure du 25 septembre dernier que lui a adressé le CAN 84 au sujet de la fuite de radioactivité, la menace de perte de contrôle par EDF de ses installations est loin d’être évacuée », conclut les anti-nucléaires.

Sources : Midi libre
Texte : Hélène AMIRAUX

Ce contenu a été publié dans nucléaire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire